pays paix

by Pays P.

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €3 EUR  or more

     

1.
Aphane d'ère ange Pincise transpêctre Pleine de peines précises Blottre comblécor Appleine drombe Lune du nombre Où est patrie ? Aujourd'hui je lui lis dans la bouche... Toutes les portes dépassent, prélassent des frontières, Je lui découvre une île, un bout de terre Mon visage... Je lui souffle son état civil, Elle me dit liberté Moi oui tu es libre, Je ne souhaite pas régner Je ne souhaite pas régner, Donc je serai le roi "You can listen to the words, but your life is outside "You can stare into the eye, but your lie stands beside yours "You can smell the liquor, but I think you should taste your own blood... "Why won't you, lick yourself ? Y a-t-il un murmure dans ta main ? Tu peux manquer un train, mais personne ne doit Manquer une journée "Why won't you leak yourself "Leak yourself Sage car ma Où ne réside oh ! Qu'un désir Ce lune fragile ira-t-elle Et tel un soir m'arroie balise ? Où est patrie ? Je suis peuplée des humeurs différentes d'un académisme vacant Nous sommes les rêveures légitimes de notre société Désir à charge est proposé à tout coin de vue L'accumulation des frustrations désordonne l'équilibre Désormais saciété doit passer par une forme douce de radicalité... Le premier élan de courage, c'est l'amour Aujourd'hui je lui lis dans la bouche... "You can listen to the words, but your life is outside "You can stare into the eye, but your lie stands beside yours "You can smell the liquor, but I think you should taste your own blood... "Is there a whisper in your fist ? "You can miss a train, but nobody should have to miss a day ! "Why won't you, lick yourself ? "Leak yourself "Leak yourself
2.
En cherchant l'angle pour la phrase évoquée : Tous les juges pourraient me regarder, je les ai vues d'abord ! Illes m'ont laissé trouver, je sais main, tient Acquis je parle - Tu crois que tu fais un dessin avec les petits traits ? - Vaut coup, oui ! comment ça peler ? Être ange, adresser, J'ai encore assez de pas en moi pour dépasser Leur, leurre, à la jetée Lents clochers, rien, raide regard ! Les sérives aumônales Intanges, vécernelles À viles voiles Sourdent s'égalent Savent hache, l'esseuleil L'esseuleil, Lents clochers, rien, raide, regard ! Impotent quotidien à qui n'y rend pas grâce Clair effare Sort parattrait Puisqu'il est à construire ! Les corps stimulés, les raisons gestionnent à l'actuelle acuité, vacataire - Comment s'a ppeler ? - Comment leur paix ? Ah ce beau silence ! qui me couvre de la danse chaleureuse Des souvenirs Abrital-or Brume suit Des pôles loués loges Aux départs vendus frères Que dire d'avant ? d'émettre disprésent, Que dire d'avant ? J'aime comme la langue en l'air... visage ou phare, D'accord ! D'accord ! Lents clochers, rien, raide regard ... ... Quel ciel aujourd'hui ... J'ai glissé sous les nuages ... Ponte, et mon rire gigne rugit Gigne rugit Gigne rugit
3.
Reste bien sur la piste ! Mêlant j'ai Printemps l'hiver Deux fois mis de côté, ma honte Partie sans d'une frontière, j'ai Deux fois mis de côté Des jours entiers pour oublier Pays ratio — né Dissipé Rôle à vie Alors violée... Reste bien sur la piste ! Ce qui subsiste, Traverse le quotidien Mêlant j'ai Printemps l'hiver Deux fois mis de côté, ma honte Partie sans d'une frontière, j'ai Confondu peut-être Mon art et une romance Mon temps et de l'argent Mon toit avec le tien ! Reste bien sur la piste ! Ce qui subsiste, Traverse le quotidien Mêlant j'ai Printemps l'hiver Deux fois mis de côté, ma honte Partie sans d'une frontière, quitte À couler des visions saisonnières À pleurer une moisson de désert indicible Où déconstruire mon air décivilisé Une boisson aride ! Et hanté on te dit, reste Reste bien sur la piste Mêlant j'ai Printemps l'hiver Deux fois mis de côté, ma honte Partie sans d'une frontière, Au clair du cœur dont la foi seule fonde Au clair du cœur dont la foi seule fonde Reste, reste bien sur la piste Ce qui subsiste Traverse le quotidien Reste, reste, reste, reste, reste, reste bien ! Sur la piste Ce qui subsiste Traverse le quotidien Reste, reste, reste, reste, reste bien ! Sur la piste, traverse le quotidien
4.
Fureur 04:15
Ah-ah-ah Fureur Ah-ah-ah Maintenant l'amour que cédille C'est le soleil non-aveuglant Reflète le coeur dans tous ses plis Supplie d'y voir encore plus clair L'azur ne brille pas Le soleil n'agrandit, c'est juste J'abandonne sa forme, une partie de mon coeur Fureur Ah-ah-ah Fureur Mon taire sema l'image des fissures Rose joues, air pur En un mot retrouver L'habitude d'être Et un terre naît Ah-ah-ah Tu veux ta folie ? T'affoler ? T'immiscer ? Timide ! Je veux écrire, N'avoir pas à consigner ta Fureur Ah-ah Ah-ah Ah Ah Reste à ta place ! Où l'on t'a doré depuis beaucoup trop longtemps ! Fureur ! Fureur ! Reste à ta place ! Ah-ah Ah-ah Ah Ah À gestes déportés La vie calme s'assure des restes Terrestes, tes restes Comme un arbre sans saveur* réclame une syllabe L'humain, limite-même de l'âme Colle à l'azur L'eau L'effet mer résiste Ah-ah-ah Fureur Ah-ah-ah Pas mieux que pardonner *savoir
5.
When you’re riding the south of your mind Is while I gain space From your lack of a smile The kid in me is laughing trees Seeding sadness, c'est-à-dire... Sourde aux assauts du lassée de là-celle C’est-à-dire C’est pas putain, et ni Pétain mais merde ! Manger sa propre miette C’est-à-dire, que Marie en toi est nette, Marie-Antoinette ! D’avoir sévi, su voir à vivre et fait crier au pain volé C’est-à-dire D’avoir dit Plutôt que tu : "l’effort, c’est de semer, la paix, après ! C’est d’y céder... I'm afraid of tears, afraid of Tears — Le peuple, que va-t-il faire, Battre un cœur ou bien violer une âme ? Se lance à sa conscience une constante d’horizon L’erreur est une errance, mais L’errance est une erreur que j’aime prononcer ! Je note, C’est toujours, I’m not Afraid instead of tears, instead of, Tears — Hausser le ton — not, Quand dire renonce à dénoncer Acconcir, se promettre Varihaut grume repas d’aune Dès lors que se toucher devient baiser son faire jouir ! Dune fiale catasse Lune ciole postrophe Fils en suite, a né bord, outrepasse Les frais au lieu de rendre viable son passé Dans cette langue aux symboles rouges, et moites Eh toi ! Reine pas raide c’est droite. Il sera possible d’établir plusieurs choses avec, ou contre ce cœur Que d'exister, Saillira, ça ira ! Ça ira quand la honte Fournira son tentant de présences C’est-à-dire Ce temps couru de sens, après L’effort sème s’aimer C’est-à-dire À mon âme accordée, c'est-à-dire Âmacorbée I’m not, in tears, afraid, or still La paix, la paix C’est d’y céder décider ! C'est-à-dire C'est d'y céder, décider ! La paix, ha-ha-ppée C'est d'y céder, Décider
6.
Ça v aller 05:45
Ah ce vin mes amis Est un réel bonheur Qui n’est pas le mien peut-être Mais que ma bouche saisit Avec la grande reconnaissance D’une peau blanche bronze sous nuages Comment se dit ça va aller ? Comment s’écrit ça va, aller ? Meurs, s’il faut mourir Pleure, s’il faut Plus rire — oh, oh Au cœur de cri battre méprise Au cœur de cri rêver encore cernée d’une bouche Bouche, bouche, bise bée L’heure est femme La fable de ma vie commence Telle que je la prends en main Les frais d’une gourmandise À l’esprit infirmée — oh C’est mon heure préférée ! Je n’ai personne avec qui là Partager Je la partage avec moi-même, je crois Que c’est à cette heure-ci qu’il faut faire l’amour Hmm-oh Coeur de cri battre méprise ? Au coeur de cri rêver encore cernée d’une bouche Bouche, bouche, bise bée ? Comment s’écrit, ça va aller Comment se dit, avale Ça va aller Meurs, s’il faut mourir Pleure, s’il faut Plus rire Ah-oh Avale, ça va aller Avale Avale Ah ce vin mes amis Est un réel bonheur Qui n’est pas le mien peut-être Mais que ma bouche saisit Avec la grande reconnaissance D’une peau blanche bronze Sous Nuaaaa-ah-avale, avale Ça va aller
7.
Il y a toutes ces choses-là, que mon regard a vues Lesquelles déçues semblent traiter du cœur Parallèle sa surface, perpendile profondeur Sans l'air de le vouloir... Solaire à l’œil d'une heure, À ciel s'érode ! T'as beau l'aile ça, fille sage, Est faute, où les visages assument une journée figé (j'ai) - Longe distance ! Sans l'air de le vouloir... reste, Je ne sais pas comment écrivent les autres Reste, Signant unis à l'or de la reconnaissance Reste, Atteindre n'est pas tout ce qu'il y autour, reste Reste ! Solaire à l’œil d'une heure, À ciel s'érode ! Ah-aahh-aaahhh, l'inu freint-île N'a su me face Qu'en sertiles lueurs ? La vie au calcul du silence Je laisse ma voix admettre les pleurs Plusieurs futurs sont à mes bras, solaires À l’œil d'une heure, À ciel s'érode...
8.
If you're alone maybe, it's just as well ! J’ai parié, forcément un peu perdu Forcément Si c’est égal Que suit un mouvement de ronce — Dans la rue, je vois des gens de métro et de lieux où ça va, Je me demande bonjour, je me demande regard, Je vois des êtres unis Des ballets d’endroits qui sont des âmes qui vont Les mots dits autorisent, Je n’ai pas tout à fait le droit de parler seule Car c’est une envie qui révèle un excès de soi... Y a-t-il... excès de soi Dans la nécessité irrépressible, ni réprimée D’avoir ses yeux, et ses oreilles, Ailleurs ? If you’re alone maybe, it’s just as well ! Plus écrire ce soir ! Cœur tord sorti, pris pause ou quoi Bat vite enfin M’attendrit Bat vite enfin, m'attendrit Bat vite enfin, m'attendrit Vienne, se dira-t-on, avant que d’assumer, idiot Une réponse quotidienne Qui a trait à l’impossible attire, à tirer le possible Une peau civilisée Si vile, utilisée Si ville, utile y est ? ah-ah-ah ! Après qu’on se touche de soleil ou de brume il y a Je déchire des pages gardées, recueillies Adorées J’ai fait une traversée du désert comme être social et politique, Je me suis mise... au ban ! Saurais-je un jour, jouir de mon plus simple appareil, M’aimer ? L’effroi de se sévir, L'effroi de cesser, vite ! Suis-je où suis-je ? Vais-je tenir ? Me nier ? Arrêter ! Commencer ? Trahir pour Travailler ? Tarir pour ta-ri-fer ? Suis-je enfin, un être qui existe ? Que sème un être en attente d’aimer ? Plus écrire ce soir, Cœur tord sorti Pris pause ou quoi ! Bat vite enfin M’attendrit — If you're alone maybe, Si t'es toute seule aussi, Ne t'inquiète pas, tant que ça Ne ! T'inquiète pas, tant que ça Dure ! dure, dure, dure, dure... Plus écrire ce soir Cœur tord sorti ! Plus écrire ce soir Cœur tord sorti ! Plus écrire ce soir Cœur tord sorti
9.
Ohçam’a Fée du b1 De fer delà pisciNE Et si je l’aimais bien Elle pourrait Elle court, et — massss aassiiiiiiiiiiigNEeee [...] Terre et ma revenir En un mot retrouver Pas mieux que pardonner L’une au départ Nul partir Dis-moi, dis-moi Quand Reviendras-tu ? Scellé dans mes souvenirs L’amour prend fin. J’abandonne sa forme une Partie de mon coeur Le jour dans quel Raide, rien Regard, dis-moi Quand Revient drap tue Tu Tu Rends ta grâce Sur le papier glacé tu traces La lune, brûle Dans le jour, perd - Qu’est-ce qu’on va faire ? — Dans la rue long, se croise ! Dis-moi Quand reviendras-tu Uuu Uuu uuue eue Dis-moi, dis-moi, dis-moi dis-moi dismoi [...]
10.
Quelqu'un qui correspond à mon bonheur, c'est la fin Donc le début de moi If you wanna dance, you can always, Always dance Trouver comment vivre, donner l'amour Si la lumière est grise, elle met pourtant Parfaitement en valeur Le reste des façades If you wanna dance, you can always, Always dance Au banc des muses Océanes aux tyrans, c'est là : Calapite manque ! Calacine tangue ! Pour ça se reconnaît, Il n'y a pas de on, Mais il y a bien un te, Il n'y a pas de, Pas de honte ! Tu bandes déjà, Dense-là, devant moi Démaquille-toi, Tu bandes, Tu bandes, Tu bande, Todo bem, Todo bem, Tu bandes, tu bandes, tu bandes, tu bandes, Tu bandes déjà ! Danse la trans-en-dense, Sirène, tu dois régner sur scène aussi Tard pour un phare nous éclairer Te travestir, pour traverser If you wanna dance, you can always, Always dance

about

Enregistré et mixé par Mathieu Touren au Studio 107, Radio France, Paris, le 25.03.2018.

credits

released April 17, 2018

P.I.P est membre adhérent du collectif Curry-Vavart. Les répétitions ont lieu essentiellement au Shakirail, à Paris.

Laura Boullic : textes, voix
Lucas Valero : guitare
Pablo Valero : batterie



*Dessin par Cleo Borzykowski
*Merci à Laurent + Thomas (Versolo) pour leur soutien bienveillant

license

tags

about

Pays P. Paris, France

Pays P. est un trio de rock formé en 2016, où guitare et batterie tissent un paysage instrumental dans lequel la voix sincère suivant les courbes douces ou puissantes de la musique.

Chaque membre du groupe compose sa partie selon ses propres désirs.
... more

contact / help

Contact Pays P.

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Pays P., you may also like: